Atelier de créativité et jeu prospectif

 
 
 

AU Coopérathon 2017

C'est reparti pour une deuxième édition ! Le Coopérathon, organisé par la coopérative financière Desjardins en collaboration avec Hacking Health et de nombreuses organisations dont le commanditaire principal, Deloitte, se déroule jusqu'au 9 novembre à Montréal et à Québec, ainsi qu'à Lyon en France grâce au partenariat avec la banque française CIC.

Plus de 546 participants tentent de trouver des solutions aux problèmes sociaux dans quatre grands secteurs : Fintech, Santé, Ville Intelligente et Éducation. Il est encore temps de les rejoindre. Que vous soyez étudiants, développeurs, programmeurs, entrepreneurs, designers, professeurs ou simples citoyens, vous pouvez venir avec votre équipe ou vous greffer à une équipe déjà constituée. C'est la plus grande compétition du genre au Canada avec d'importants prix pour propulser des projets en startups qui auront le vent dans les voiles.

Le Coopérathon est la version améliorée d'un hackathon. Vous savez ces événements, de plus en plus populaires, où des développeurs informatiques se regroupent pour faire de la programmation collaborative. Au départ, ce processus était fréquemment utilisé dans le domaine de l'innovation numérique, mais aujourd'hui la formule est reprise par de nombreux accélérateurs.

La coopérative financière a voulu innover à plusieurs niveaux comme l'explique le directeur de l'Innovation de Desjardins, Federico Puebla :

UN TEMPS PLUS LONG

Le Coopérathon se déroule sur quatre semaines plutôt que sur deux ou trois jours comme la plupart des hackathons.

« Nous voulions explorer cet outil d’innovation comme un levier d'action pour le développement socio-économique. Notre constat : le hackathon produit de bonnes idées inachevées. Comment faire en sorte que celles-ci deviennent des projets concrets ? »

DES APPUIS IMPORTANTS POUR SOUTENIR LES PARTICIPANTS

Desjardins a su mobiliser de nombreux partenaires pour mettre toutes les chances du côté des participants : plus de 60 experts et mentors pour accompagner les équipes ; des ateliers expérientiels qui se déroulent dans des lieux qui favorisent la collaboration ; une plateforme collaborative, l'apport d'entreprises comme Deloitte, le commanditaire PLATINE de l'événement, Catallaxy, Raymond Chabot Grant Thornton, Finance Montréal, Montreal NewTech et Prompt, les commanditaires OR, Agoize, Fibre noire, Flinks, Interac, Lighthouse Labs et Plug and Play, les commanditaires ARGENT et finalement Alithya, Ferst Capital Partners, Mastercard, La Ville de Montréal, Optima, et nous, La Nouvelle École de Créativité, les commanditaires BRONZE.

ENCOURAGEMENT À L'ENTREPREURIAT

Chaque équipe signe une entente légale avant la présentation finale. L'idée développée appartient à tous les membres de l'équipe. Les membres qui décident de ne pas poursuivre le projet pourront toujours céder leur droit par la suite. Desjardins ni aucun partenaire ne prennent de l'équité dans les projets qui se transformeront en startups.

UN IMPACT SOCIAL DURABLE

Pour être éligible, le projet doit viser un impact social durable, cela est certainement le volet le plus innovant du Coopérathon de Desjardins. Un retour aux valeurs fondatrices qui ont motivé Alphonse Desjardins et son épouse à créer la première caisse d'épargne populaire à Lévis. Aujourd'hui, Desjardins est le plus grand groupe financier coopératif de langue française en Amérique du Nord. Il compte plus de 40 000 salariés.

IMGP2588.JPG
MIXOLOGIE SOCIALE EN ACTION !

MIXOLOGIE SOCIALE EN ACTION !

Comme vous pouvez le constater dans cet épisode du vlog de La Nouvelle École de créativité, notre atelier à la Réunion D Sens, un lieu conçu pour réduire le stress, favoriser la concentration, réduire le stress et éveiller tous les sens a eu énormément de succès . Un exemple parfait de mixologie sociale, notre meilleur espoir pour trouver des solutions innovantes et les transformer en projets qui auront un impact social durable.

 


Pour aller plus loin, lire le billet de Diane Bérard sur le site Les Affaires, Coopérathon : quand 500 professionnels travaillent bénévolement.

RÉVISION: 
Merci à Alain Liban
http://www.france-relecture.fr/