La saveur de l'érable

 
alicia-petresc-1172105-unsplash.jpg

Vos messages ont une saveur sucrée en ce moment...

...ce qui tombe bien.

Dans mon pays, la sève des érables sera bientôt l'occasion de réjouissances.

J'adore que vous parliez des cours avec des adjectifs comme délice.

Surtout que je suis encore à travailler sur les bases...

...toujours les fondamentaux qui parfois viennent avec des passages obligés.

Lorsque les bases seront construites... vous n'avez pas idée de ce qui  s'en vient.

Donc, merci pour ces retours qui décuplent mon Énergie.

C'est une chose d'imaginer pendant des mois, des années, ce qui pourrait être.

C'est autre chose lorsque cela commence à prendre forme.

Au début...
... c'est tout petit.


Comme les deux ou trois premiers points d'une tapisserie immense.

Vus du ciel, ils pourraient avoir l'air insignifiants. 

En fait, on ne les voit pas.

Surtout pour ceux qui s'intéressent au BIG DATA et aux gros chiffres.

Mais lorsqu'on rêve d'une tapisserie depuis longtemps...

...on l'imagine magnifique.

Et les deux ou trois petits points brillent de mille feux.

Du moins à nos yeux.

Malgré la fatigue, on ne faiblit pas, le temps qu'on prépare le canevas.

Peu à peu, d'autres petits points apparaissent.

Cela se fait par petites touches.

Et tout à coup, on voit revenir des fils (on les reconnaît à leur couleur), on voit leur œuvre avancer.

À la fois unique et faisant partie d'un tout.

On sait qu'il participent à la grande œuvre.

Leur progrès est une hélice de l'avion.

Lorsque je lance un nouveau cours, deux choses me réjouissent particulièrement :

- Voir d'anciens étudiants revenir. Ils seront les piliers de notre école. Leur progrès est notre progrès.

- Voir des nouveaux nous rejoindre.

J'ai choisi deux messages parmi ces étudiants qui reviennent... et un message d'un partenaire.

K. m'écrit depuis la France : « C'est drôle ce mouvement que tu as initié... autour de la tribu et des étudiants, car pour moi, il est devenu presque aussi important que tu poursuives ces lettres, que tu réussisses à tenir ta promesse que moi continuer les pas entrepris ! Je me dirai que parce que tu l'as fait ... on se doit, je me dois de faire un bout aussi. Voilà ça c'est pour t'encourager !!!! »

J'aime cette idée. Vous comptez sur moi. Je compte sur vous. Nous comptons sur nous. 

Dans une tapisserie, les fils se soutiennent et s'apportent de la valeur les uns aux autres. 

P. m'écrit depuis la Suisse : « Intuition - Raison, vous montrez bien qu'il faut les deux! Je travaille beaucoup sur l'intuition, sur le "sentir" et cela demande du temps. Je fais un métier où il faut beaucoup lire et ne retenir que l'important pour le but à atteindre. A un certain moment, il faut tout lâcher pour laisser l'éveil arriver et se lancer !

Et vous avez une méthode, vous conceptualisez ce que je fais depuis très longtemps, c'est génial. C'est aussi ce que j'essaie de transmettre, éveiller en chacun sa propre capacité d'être soi-même avec la prétention d'être cette personne qui se connaît le mieux. L'horreur du « je le connais bien, je l'ai fait » des mères si gentiment inconsciemment castratrices ! Mais le cerveau est ainsi fait qu'il joue avec lui-même et c'est donc l'intuition qui peut le remettre en place, mais il faut se connaître, il faut savoir en quoi on est bon et avoir un but, tout cela avec plaisir même quand il faut affronter les difficultés, ses faiblesses, ses zones sombres, sans regrets parce que c'est notre histoire, qu'on ne va pas la changer, mais dont on peut tirer des leçons pour l'avenir. Avec vous, j'apprends, un vrai délice. »

A. m'écrit depuis le bas du Fleuve (Québec). J’aime te lire, tu sais  et celui-ci est plus que pertinent pour moi aujourd’hui ! Il agit comme un doux rappel sur la place des moments octroyés à la création et à l’émergence ! 

Vos retours m'encouragent. 

Comment pourrait-il en être autrement ?

Merci pour tout ça chers membres de notre tribu créative !

Quand je vous dis que si vous pouvez l'imaginer, vous pouvez le réaliser.

J'en suis convaincue.

Cela m'est arrivé souvent.

Et j'ai été témoin de tant d'émergences.

Sauf que chaque fois, c'est toujours aussi magique.

J’aimerais bien vous accueillir dans un de nos ateliers.