Qu'est-ce qui vous motive ?

 
robert-baker-522731-unsplash.jpg

Que faites-vous pour rester motivé ?

Comment expliquer que l'on soit si motivé lorsqu'on commence une nouvelle chose... et pourtant quelques jours plus tard, notre motivation s'estompe jusqu'au moment où on laisse tomber.

Comment expliquer ce grand désir jusqu'à un non-désir ?

Demander d'où vient la motivation, c'est poser la mauvaise question.

Au lieu de rechercher une solution à long terme sous forme de « motivation », si vous souhaitez effectuer des changements de comportement durables, il y a une perspective qui peut tout changer.

Vous devinez laquelle ?

Il faut revenir à la source du problème et se demander pourquoi notre motivation s'est estompée ?

Si on réfléchit, dès qu'on essaie de pousser notre motivation en nous répétant que nous sommes motivés, on prend de moins en moins de plaisir à faire ce que qui nous motivait.

Plus on se pousse, moins on est motivé. 

Cela fait l'effet contraire.

Parce qu'on transforme notre motivation en obligation.

Je ne connais personne qui ressent un élan de joie en faisant des choses par obligation.

La motivation est fugace.

Que faire alors pour rester motivé ?

Lorsque vous n'avez plus envie, cessez immédiatement... allez faire une balade, faites autre chose.

Par contre, dès que la motivation revient, il faut vite le faire pour profiter de l'élan.

La motivation est fugace.

Bien que les habitudes et les routines soient importantes, si on ne se laisse pas des espaces de liberté dans nos vies, cela devient de plus en pénible de s'acquitter de nos obligations.

C'est ce qui explique tous ces projets inachevés.

N'attribuez pas cela simplement à de la « paresse » quand vous ne pouvez pas faire quelque chose. Si vous vous interrogez sur les raisons profondes pour lesquelles vous avez du mal à terminer une tâche, ce sera l'occasion d'en apprendre davantage sur vos freins.

Le secret c'est d'utiliser ces sursauts d'énergie à court terme que nous appelons « motivation » comme déclencheurs.

Dans l'atelier Méditer pour Créer, on apprend à être l'écoute de ses ressentis pour envoyer des signaux positifs à notre cerveau dès qu'on ressent cet élan.

Avec le fauteur de troubles agréable, vous aidez votre cerveau à défocaliser sur le négatif et vous l'imprégnez de ce que vous aimez.

Ainsi, vous connaissez de mieux en mieux les déclencheurs qui vous motivent, et votre cerveau également. Il devient un super allié pour vous rendre la vie plus facile.

Que pouvez-vous faire ensuite pour vous permettre d'avancer davantage le lendemain ou la semaine suivante vers votre but ?

Planifier pour les moments où vous serez moins motivés.

Si vous êtes un blogueur, je conseille d'écrire plus d'articles lorsque vous vous sentez motivé et d'arrêter quand cela est difficile.

Se forcer aura l'effet contraire et prendra deux fois plus de temps pour atteindre le même résultat.

Si vous souhaitez perdre du poids, faites des réserves d'aliments sains lorsque vous avez envie de cuisiner.

Si l'on souhaite terminer nos projets, il faut mettre des systèmes en place qui nous permettent de comprendre ce qui nous démotive.

En pratiquant les exercices conseillés dans Méditer pour Créer, cela deviendra clair.

Étiez-vous fatigué? Aviez-vous été intimidé par le projet ? Aviez-vous peur du résultat ?

Lorsque vous comprenez vos ressentis et que cela devient un automatisme de trier le bon grain de l'ivraie, vous pouvez passer à la deuxième étape : changer vos habitudes en créant et en vous amusant, c'est ce que l'on fait dans Méditer pour Créer.

Sans plaisir, il sera difficile de faire grandir tous ces beaux projets.