VIOLENCE CONTRE SOI ET LES AUTRES

 
 PHOTO : Valentin Salja, Unsplash

PHOTO : Valentin Salja, Unsplash

Je vivais en France pendant les événements de Charlie Hebdo.

Dans le métro, dans les trains, il y avait une atmosphère palpable de nervosité, de mal-être, d'angoisse.

La violence est notre part d'ombre : saccager, détruire, insulter, piller, blesser, tuer.

D'où nous vient cette violence ?

Les animaux n'auraient pas certaines de nos capacités intellectuelles. 

Mais ils ont quelque chose que nous ne semblons pas avoir.

La capacité de ne pas dépasser certaines limites.

Les animaux n'attaquent pas pour le plaisir d'attaquer.

Si nous savions développer notre créativité, nous n'aurions plus besoin d'armes.

Nous trouverions des moyens d'exprimer nos idées, de faire des propositions, de créer des tribunes, d'appliquer des solutions, de transformer les situations.

C'est ce que la démocratie essaie de faire, mais elle a du mal.

Malgré tout, par amour pour les enfants de la terre, nous devrions vraiment faire un effort.

La semaine dernière, j'ai regardé la série, Black Earth Rising qui revient sur le génocide au Rwanda. L'ONU estime qu'environ 800 000 Rwandais ont perdu la vie entre les mois d'avril et juillet 1994.

Je suis peut-être trop sensible, mais chaque fois que la violence éclate quelque part, cela me glace le sang.

J'ai l'impression que cela nous fait reculer, que cela nous dégrade, que cela nous abaisse.

Mon message de samedi a rappelé à Alain la Noosphère de Thaillard de Chardin.

Quelques heures plus tard, les incendies, les excès, les dégradations... on était à des années-lumière de la Noosphère. 

Si vous lisez ce message, si vous êtes un fidèle abonné de mes emails privés, il y a de fortes chances que vous soyez parmi ceux et celles qui n'ont pas envie de rester sur le quai et de regarder le train passé.

Vous souhaitez monter à bord et contribuer, à votre niveau, pour que les choses s'améliorent.

Plusieurs parmi vous sont des entrepreneurs, des solopreneurs, des artistes.

D'autres sont salariés, certains s'ennuient, cherchent...

À vous tous, je dis : vous allez trouver et atteindre ce vous désirez. Ne lâchez rien.

Pas avec de la colère toutefois.

Avec de la créativité

Je viens de terminer la lecture des mémoires de Phil Knight, le créateur de NIKE. Je vous en reparlerai plus en détail, car c'est une histoire d'innovation.

Aujourd'hui, j'aimerais seulement vous transmettre son conseil.

Ne cherchez pas seulement un emploi ou un projet, cherchez ce qui vous interpelle, vous appelle, vous passionne.

Même si vous ne savez pas encore ce que c'est.

Ayez confiance en vous, en votre destin.

Ayez confiance en la confiance.

Est-ce que la chance joue ?

OUI, Phil Knight l'avoue honnêtement.

La chance joue en amour, en affaires, dans la vie en général.

Mais plus vous travaillerez intelligemment à faire quelque chose que vous aimez, plus vous attirerez la chance.

Ce qui importe, c'est ce que vous sentiez, dans votre cœur, ce qui est important pour vous.

Cela aidera à surmonter les difficultés et à combattre la fatigue pendant les combats.

Si vous avez lu mon message d'hier, vous avez lu la citation de Simon où il disait qu'il prenait soin de lui.

Quelle sagesse ! Si chacun apprenait à prendre soin de soi, chacun pourrait ensuite prendre soin des autres.

Lorsqu'on ne sait pas prendre soin de soi, on laisse monter les frustrations, la colère, les émotions négatives.

Et lorsque tout cela émerge, c'est souvent pendant ces moments-là qu'on perd le contrôle et que la violence gagne.

 
Sylvie Gendreau