L'inhibition de la perfection

 
Pinterest+instagram+2019_05_08a+perfectionnisme+non1-01.jpg

Vous êtes prêts pour des confidences ?

Lorsque j’étais plus jeune, j’avais plusieurs idées de livres, mais je ne les écrivais pas.

Tant de choses ont été écrites, je disais que je ne voulais pas noircir du papier pour rien, je ne voulais pas faire perdre de temps aux autres.

C’était puéril. Je sais. J’avais parfois cette folie des grandeurs. Je voulais faire des grands projets, réaliser de grandes choses. Cette attitude m’a fait perdre beaucoup de temps.

J’ai adoré lire le scientifique allemand dont nous parlons beaucoup dans l’atelier Prendre de notes pour mieux Apprendre, Penser et Créer.

Il a dit qu’il n’a jamais eu l’idée d’écrire un grand livre. Chaque article était un premier jet. Même ses livres étaient l’équivalent de premières versions. Ils ne perdaient pas de temps à se relire et à peaufiner. Ils écrivaient rapidement. Bien sûr, certains de ses livres ont fait l’objet de relecture et de révision. Et il écrivait d'excellentes notes !

Mais le conseil qu’il donnait : ne vous dites pas que ce que vous devez écrire doit être parfait… voyez-le plutôt comme une version inachevée qu’il sera toujours temps d’améliorer.

Ne restez pas bloquer au premier chapitre comme il m’est arrivé souvent de le faire plus jeune. Je relisais et, bien sûr, je pouvais toujours améliorer, mais je me perdais dans les détails.

Aujourd’hui, j’ai des mécanismes en place pour éviter ces travers :

Je m’impose des délais impossibles pour m’empêcher de m’éterniser sur les détails.

J’annonce avant de faire avec une date de lancement.

Étant donné qu’il est important, pour moi, de tenir parole, à partir du moment où j’ai dit que je le ferais… même si je ne suis pas satisfaite à 100 %, je le fais !

Je reviens ensuite et j’améliore ce qui peut l’être.

Le secret consiste à inclure des vagues d’itérations.

Comprendre cela est essentiel. Si nous ne pratiquons pas, nous ne pourrons jamais exceller. Il faut accumuler les expériences et prendre le temps d’analyser entre chaque expérience pour s’améliorer d’une fois à l’autre…

Parfois la chance peut jouer, on peut créer l’exceptionnel du premier coup parce que les conditions ont été favorables…

Vous connaissez probablement l'histoire de ce grand artiste chinois réputé qui peignait des encres magnifiques.

L'empereur le fait venir pour réaliser un de ses chefs-d'œuvre.

L'artiste s'exécute et il termine en dix minutes

L'empereur lui demande comment un travail réalisé aussi rapidement peut-il valoir une telle fortune ?

Parce qu'il m'a fallu quarante ans pour arriver à ce résultat.

Vouloir créer quelque chose de parfait inhibe et empêche souvent le génie de s’exprimer.

Parlant de vagues d’itérations… tous ceux qui sont inscrits à l’Atelier Pour en finir avec le perfectionnisme, ressortez votre cahier, refaites les exercices qui sont extras !

C’est ce que je viens de faire et le projet que j’ai choisi va me faire sortir de ma zone de confort , et cela deviendra une étude de cas que j’ajouterai à l’atelier… et ce ne sera pas triste !!

Je commence la semaine prochaine, j’espère que vous serez au rendez-vous… j’enverrai un message vidéo à tous les étudiants (anciens et actuels), et surtout, je vous demande d’être indulgents… vous serez aux premières loges pour assister à mes prouesses acrobatiques !!

Maintenant, c’est dit, écrit, publié… je ne peux plus reculer.

Si vous êtes partants également pour passer à l’action… vous pouvez terminer l’atelier en deux heures, ensuite je vous inviterai à passer à la pratique avec moi !

Vous connaissez le proverbe : Plus on est de fous, plus on rit !

N’oubliez pas les inscriptions ferment dimanche…

Je vous souhaite un excellent week-end.

Pas encore abonné à mes emails privés ? Rejoignez-nous pour ne rien manquer. 💌 et profiter d’escomptes réservés à mes abonnés seulement.

PS Jusqu’à dimanche pour vous inscrire à l’atelier Pour en finir avec le Perfectionnisme.

 
Sylvie Gendreau