La première fois que j'ai dit non !

 
carnet 2019_07_03 -5-Edit-2.jpg

Oh là là que c’était difficile.

Lorsqu’on me demandait un service ou de participer à un événement, le oui était déjà sur le bout de ma langue (je n’avais pas encore appris à tourner sept fois ma langue avant de parler).

Cela partait du cœur, une trajectoire directe.

On m’appelle, je réponds présente.

Et puis, je me retrouvais dans des situations impossibles.

Des nuits blanches.

Un stress pas possible.

Et des conséquences pas toujours agréables pour mes proches et pour ma santé.

Je ne sais pas toi, mais moi j’ai dû apprendre à dire non.

On veut être utile.

On veut être agréable.

On veut surtout que les personnes qui nous entourent soient heureuses et épanouies.

Enfin, j’imagine…

Certains prétendent que ce trait de caractère est plutôt féminin.

Que les hommes sont plutôt compétitifs et moins sensibles.

C’est une généralité, je pense.

Parmi mes abonnés et mes amis, les hommes sont tout aussi généreux et se préoccupent de leur entourage.

Il est vrai toutefois que ceux qui ont ces qualités sont souvent ceux qui ont su développer leurs compétences psychosociales ou relationnelles.

Même si nous avons l'impression qu'elles sont innées, c'est un potentiel qui a besoin d’être développé.

Ce qui est inné et peu mis en pratique… s’estompera au fil des ans.

Cela dit, peu importe notre personnalité, apprendre à dire non est une compétence à développer, je vous conseille de lire mon billet sur ce sujet, car il y a une façon de le faire avec élégance, pour que le non ne soit pas arrogant ou douloureux pour celui ou celle qui le reçoit :

Apprendre à dire non

Avant de dire non, j’ai dit peut-être !

Une très mauvaise idée.

Je reportais le problème. J’expliquais que j’étais occupée, mais que j’essaierais.

Dire peut-être, c’est pire que dire oui !

Nous avons ce stress continuel...

Pendant ce temps, l’autre personne espère que vous ferez bientôt ce qu’elle attend de vous.

Bref, tout le monde est perdant.

Et si par malheur vous devez décliner plusieurs jours plus tard, vous avez fait perdre un temps précieux
à la personne et vous vous êtes créé des ulcères inutiles.

Le dire rapidement, le dire franchement, le dire poliment.

Dès que c’est fait, l’autre personne sait à quoi s’en tenir et pourra faire des plans en conséquence.

Et vous, vous serez soulagé et pourrez vaquer à vos occupations, l’esprit libre.

Si l’on sait ce que nous devons refuser, nous dirons oui avec plus d’enthousiasme.

Nous dirons oui avec le cœur et la tête.

Pas encore abonné à mes emails privés ? Rejoignez-nous pour ne rien manquer. 💌 et profiter d’escomptes réservés à mes abonnés seulement.