TRAVAILLER POUR LES AUTRES

 
 Photo : Meik Schneider, Unsplash

Photo : Meik Schneider, Unsplash

Travailler pour les autres peut être excellent.

Cela permet d'apprendre.

Karl Benz dont la famille de classe ouvrière avait peu de moyens a eu la chance d'avoir une mère qui voulait que son fils fasse des études.

Après ses études, le jeune homme a continué de se former en travaillant pour les autres.

Sept ans plus tard, il crée son entreprise et collabore avec des partenaires commerciaux. Au cours de ces années, Karl Benz a déposé plusieurs brevets.

Parmi ses inventions, il y a eu un moteur à deux temps et de nombreux outils pour améliorer le fonctionnement d’un moteur.

Bien que sa société soit financièrement stable, Karl Benz sent qu'il a du mal à progresser, ses partenaires ne soutiennent pas suffisamment ses idées. Il décide de se retirer.

Son amour du vélo lui donne envie de démarrer une nouvelle entreprise avec deux propriétaires d'ateliers de réparation de vélos. C'est à ce moment... qu'il crée Benz & Cie. 

Il a enfin la tranquillité d'esprit pour concevoir un wagon sans monture. Une idée qu'il a brevetée. Sa nouvelle entreprise commence alors à fabriquer, en série, la première automobile moderne et plusieurs autres productions innovantes.

Deux amis

Gottlier Daimler a travaillé comme ingénieur et gestionnaire dans de prestigieuses sociétés de locomotives où il a beaucoup appris.

Ces années d'expérience ont abouti à l'invention d'un objectif puissant pour deux petits moteurs à grande vitesse. Avec son ami de longue date, Wilhelm Maybach, ils fondent Daimler Motors Corporation. Les derniers moteurs construits par la société Daimler ont été baptisés Mercedes, en l'honneur de la fille d'un de ses cofondateurs.

Après la fusion des sociétés Daimler et Karl Benz, tous les autres produits ont été baptisés Mercedes-Benz.

Aujourd'hui, je m'adresse à tous ceux qui sont à l'emploi d'une entreprise. J'ai envie de vous dire, profitez-en pour apprendre le plus possible même si vous n'aimez pas trop votre emploi. Vous ne savez pas ce que l'avenir vous réserve. Toute connaissance acquise, toute expérience (même désagréable), peuvent devenir le bougie d'allumage d'une idée qui pourra changer votre vie.

En ce moment, je suis occupée à vous préparer une surprise. Ce sera le prochain atelier-jeu de La Nouvelle École de Créativité. J'essaie d'avancer le plus rapidement possible.

Imaginez un jeu que vous pouvez faire seul, en famille ou avec des amis.

Temps requis ? Une heure tous les jours, pendant un mois.

Résultat ? Une création qui, ensuite, vous rapportera des revenus supplémentaires. 

Nous ne sommes pas obligés de faire un grand saut pour expérimenter et créer un nouveau projet rentable.

Pour une première expérience, on peut le faire comme un jeu.

Sauf qu'on va s'imposer une règle : à la fin du jeu, non seulement nous vendrons notre création, on a en fera un revenu récurrent 🤑.

Et vous verrez, je vous promets que ce sera amusant.

À demain,

Sylvie

PS Je viens de terminer mon semestre. Une des doctorantes, Neda, m'écrit ceci :

"Merci beaucoup pour votre cours. C'était non seulement plein de conseils utiles, mais également amusant à faire. Je suis consciente de l'énergie et du temps requis pour concevoir un cours de cette qualité, j'aimerais vous dire que les étudiants ont beaucoup apprécié. »

Ce message me fait plaisir pour deux raisons. Mon cours est obligatoire, et souvent les doctorants y viennent à reculons. Ils sont débordés et n'ont pas de temps à consacrer à ce genre de cours. Sauf que souvent, SURPRISE : des éléments du cours changeront leur vie à jamais s'ils les appliquent. Et vous avez lu, AMUSANT À FAIRE. Pour se donner l'énergie d'avancer (même lorsque nous manquons de temps), le plaisir est incontournable. D'ailleurs, les cours de La Nouvelle École de Créativité sont développés dans cet esprit.

 
Sylvie Gendreau