NOUVELLES GÉNÉRATIONS #CRISPR

 
 Photo : Michal Barhaim, Unsplash

Photo : Michal Barhaim, Unsplash

Boom, ce que j'attendais est arrivé.

Je ne crois pas que cela vous ait échappé.

Si c'est le cas, vous en entendrez parler de plus en plus. Il s'agit des premières naissances suite à CRISPR, la découverte du siècle.

J'ai expliqué d'où vient cette fameuse découverte, en termes simples, dans un billet que j'ai rédigé en 2016. Si vous ne connaissez pas encore, je vous conseille de le lire, car cette découverte va transformer non seulement la société, mais l'humanité.

J'attendais le premier coup d'éclat. Voilà qu'il vient de se produire en Chine.

Un scientifique, He Jiankui, qui a fait ses études à Stanford, aurait altéré les gènes de deux jumelles avant leur naissance pour qu'elles soient, le plus possible, résistantes au virus du SIDA comme l'explique Guillaume Chevrier dans son article.

Le tout se serait déroulé dans une clinique privée chinoise sans qu'aucune donnée n'ait encore été partagée par le chercheur. Les Chinois sont sous le choc et le reste du monde aussi. L'enquête commence.

Mon propos n'est pas d'entrée dans le débat des futurs bébés que certains voudront « designer » sur mesure.

Ma question pour vous aujourd'hui :

D'où vient notre imagination ?

Il y a un plus de vingt ans (oui, je sais, le temps passe vite), j'ai écrit avec Pierre Guité un roman d'anticipation sur ce sujet.

CRISPR n'avait pas encore été découvert. Mais nous étions certains qu'un jour les manipulations génétiques donneraient envie de créer des super-humains. On a imaginé un scénario futurible pendant nos temps libres. On a presque signé les droits pour un film, mais nous n'étions pas intéressés à poursuivre dans cette voie.

Le monde que nous y décrivions n'était pas un monde qui nous faisait envie.

Aujourd'hui, ce genre de scénarios est à nos portes. Pas exactement de la manière dont nous l'avions décrite à l'époque (heureusement), mais l'idée est la même.

Bien sûr, nous avions fait des recherches assez poussées. C'est seulement une fois bien documentés, que nous avons observé les attitudes et comportements des hommes et des femmes, et nous les avons explosés en imaginant quelle tournure cela pourrait prendre. Ce n'était qu'un jeu d'imagination.

Notre imagination vient non seulement de nous, mais de tout ce qui nous entoure.

Nous nous influençons les uns les autres.

Un nouveau venu parmi nous, Alexis, a partagé cette citation de Gandhi pour renchérir sur mon message d'hier.

« Vous avez beau avoir toutes les aptitudes, si vous n’avez pas l’attitude, vous ne réussirez pas. » 

Merci Alexis et bienvenu (nous sommes ravis de vous accueillir, comme tous les autres nouveaux d'ailleurs).

L'autre citation que j'aime beaucoup de Gandhi est :

« Sois le changement que tu veux voir dans le monde. »

Réussir cela est formidable.

On peut être très inquiets pour l'avenir, se plaindre et se faire peur. Et ce ne sont pas les raisons qui manquent.

Se révolter aux bons moments est important, bien sûr.

Mais il ne faut jamais oublier que nous avons une quantité limitée d'énergie dans une journée. Il peut être sage de se demander, avant de s'endormir le soir, qu'est-ce que j'ai imaginé aujourd'hui, qu'est-ce que j'ai créé, pour que le monde soit comme je souhaite le voir ?

Cela peut tenir en une micro-activité, un tout petit geste, qui peut vous sembler insignifiant ou anodin aujourd'hui.

Jusqu'au jour où vous comprendrez que vous avez intégré ce vous avez appris au fur et à mesure et que, désormais, vous avez de nouvelles compétences, vous savez ces #softskills dont on parle tant.

Dans quelques années, vous vous retournerez sur le chemin accompli et vous vous étonnerez de tout ce que vous aurez créé au bout du compte.

Imaginez...

Si vous aviez les moyens de vous offrir ce qu'il y a de mieux et de l'offrir à ceux que vous aimez.

La question la plus importante et difficile serait alors : qu'est-ce qui est mieux au juste ?Qui pourra avoir l'entière certitude de détenir la bonne réponse ?

C'est en agissant et en essayant de réfléchir à l'impact de nos actes, mieux encore en les mesurant, que nous pourrons enrichir nos conversations.

On ne connaît pas l'histoire du chercheur chinois. Il est en congé sans soldes depuis février.

Dans son acte, rien n'est documenté. Il se vante de l'avoir fait, mais il n'explique rien.

Pourtant ce petit geste est une expérience qui aurait des conséquences sur les générations suivantes. Cela peut bien se passer ou mal se passer.

Il semble avoir fait cavalier seul.

Agir est important. Mais créer des cercles de discussion pour réfléchir à nos actions et partager nos apprentissages apportent beaucoup plus de valeur.

Évoluer est un acte collectif. Et plus nous partageons nos expériences, plus nous aidons les autres à grandir avec nous. Et plus nous nous entraiderons à mieux réfléchir.

Ce sont des pratiques que j'aimerais bien voir se développer au sein de notre tribu créative.

Ensemble, créons l'extraordinaire.

 
Sylvie Gendreau