LE CHÂTEAU

 
cederic-x-494198-unsplash.jpg

Vous êtes prêt pour une autre coïncidence ?

Lorsque je lis vos messages, il arrive souvent que j'éclate de rire... 

...lorsque je veux raconter ce qui se passe au sein de notre tribu, parfois je ne trouve pas les mots...  je me dis qu'ils vont croire que je suis une affabulatrice avec mes histoires à dormir debout.

Mais vous qui en êtes les co-auteurs, vous ne pouvez pas douter ! 

Ariane, étudiante de La Nouvelle École de Créativité m'écrit ce message qui m'a fait, une fois de plus, sourire.

« Incroyable mais vrai Sylvie !

Ce matin, votre lettre, que je lis chaque jour avec plaisir, est arrivée plus tard que d’habitude.

Et il se trouve que je venais d’écrire un long message à un ami très cher, dans lequel je lui disais qu’il était « l’homme qui marche » de Giacometti ! 
(si vous n'avez pas lu le message d'hier, il faut le lire avant de poursuivre pour comprendre).

Hasard ? Il n’y a pas de hasard, seulement des rendez-vous...

Et j’avais rendez-vous avec votre lettre, pour une autre raison, celle de la métaphore du jardin. 

Ma dénomination professionnelle, c’est « 
pépiniériste de la motivation » ; je plante ces graines dans l’esprit des jeunes que j’accompagne et les vois grandir avec joie et optimisme pour leur avenir et celui du monde.

Je vous remercie donc pour ces deux synchronicités qui me rapprochent de la Tribu.

Bon samedi très ensoleillé (à Paris), »

Ariane 

Il y a quelques jours, je vous disais que nous étions une phrase...  quelques mois plus tôt que nous inventions un nouvel alphabet de l'intelligence collective.

Lorsque je vous écris, parfois je pense à voix haute, parfois je rêve un peu. Je m'interroge...

...est-ce que nous créons ces synchronicités parce que nous les imaginons ? 

Connaissez-vous des personnes très chanceuses ? Elles attirent la chance comme du miel attire les abeilles.

Est-ce qu'on fait sa chance pour réussir ? Ou est-ce la chance qui nous fait réussir ? 

Un peu des deux, bien sûr.

Coïncidences. Hasards. Rencontres... appelons cela comme nous le souhaitons... mais cela n'en demeure pas moins incroyable, amusant et mystérieux.

Et en ce moment... la chance nous sourit, profitons-en !

Mon deuxième sourire de la journée...

Jean-Guy. Je l'appelerai Le voyageur. Il a vécu et travaillé dans de nombreux pays.

Il vient de terminer la première partie du programme Ma vie telle que je l'imagineJe trace ma ligne de vie et de commencer la deuxième partie, Mon Histoire.

Voici ce qu'il écrit :

« Je suis toujours aussi enthousiaste de lire le deuxième cours.

Voici un poème qui résume mon esprit à l'idée de me lancer dans cette nouvelle aventure:

Le Château
 
Il voulut peindre une rivière
Elle coula hors du tableau.
 
Il peignit une pille-grièche
Elle s'envola aussitôt.
 
Il dessina une dorade
D'un bon elle brisa le cadre.
 
Il peignit ensuite une étoile
Elle mit le feu à la toile.
 
Alors, il peignit une porte
Au milieu même du tableau.
 
Elle s'ouvrit sur d'autres portes
Et il entra dans le château. »

Maurice Carême 

Ce poème me rappelle Le loup des steppes d'Herman Hesse. Des portes qui s'ouvrent sur d'autres portes...  c'est ce que je vous souhaite Sylvie : un imaginaire sans limites et des rêves qui se réalisent.

Comme l'écrit Charles :

« Pour ma part j'ai atteint tous mes petits rêves et pour les nouveaux je fais comme depuis toujours un petit rêve après l'autre. »

Si vous pouvez l'imaginer, c'est que vous pouvez le réaliser.

Si vous n’êtes pas encore abonné aux emails privés, c’est ici.