La grande question

 

Depuis quelques jours, nous cheminons de question en question.

Nous avons commencé notre périple en réfléchissant aux problèmes, aux freins, aux obstacles.

Les peurs sont ressorties. On les a regardées en face sans broncher. Avec courage.

On a réfléchi à comment composer avec ces énergies pour qu'elles ne se retournent ni contre soi ni contre les autres, mais qu'elles se transforment en moteur de création et d'action.

Aujourd'hui,  j'ai une grande question pour vous.

Quel est votre plus grand désir ?

Bien qu'il soit important de s'accepter comme on est. Nous les humains, nous avons besoin de croître.

Je viens de quitter 27 doctorants de Polytechnique. J'ai donné mon cours, en partie, en marchant sous la neige dans les rues de Montréal.

Je m'inspire de Socrate. De belles intelligences de toutes les disciplines. À la fin de ces journées, tout le monde est épuisé. Mais ce sont des journées hors du temps.

J'adore les membres de ma tribu et j'adore mes étudiants.

Si j'ai fondé La Nouvelle École de Créativité c'est grâce à eux.

En ce moment, j'ai trois équipes d'anciens étudiants qui veulent devenir des entrepreneurs.

Le moment venu, je vous parlerai d'eux et de leurs projets, peut-être seront-ils parmi les grands innovateurs de notre époque.

J'ai conçu mon cours en quatre temps :
Le temps zéro. Le temps du monde. Votre temps. Le temps collectif.

Un de mes sujets de prédilection, c'est le cerveau, cette puissante machine que nous avons entre les deux oreilles.

Le grand neuroscientifique et Prix Nobel de médecine 1972, Gérard Edelman, a fait une découverte étonnante.

Il a conçu une œuvre magistrale qui présente une vision radicalement nouvelle de la fonction du cerveau et du système nerveux.

Son idée centrale est que le système nerveux de chaque individu fonctionne comme un système sélectif qui ressemble à la sélection naturelle dans l'évolution, mais elle opère avec des mécanismes différents. En fournissant une base neuronale fondamentale pour la catégorisation des choses de ce monde, cela unifie la perception, l'action et l'apprentissage.

La théorie révise aussi totalement notre point de vue de la mémoire, considérée comme un processus dynamique de reclassement plutôt qu'un classeur d'attributs.

Cela a des implications profondes pour l'interprétation de divers états psychologiques allant de la concentration à l'interprétation des rêves.

Le Darwinisme neuronal a un impact sur de nombreuses disciplines : la biologie, l'évolution, l'anatomie, la physiologie, l'éthologie et la psychologie.

Une théorie de la fonction cérébrale qui ouvre la voie à de toutes nouvelles discussions philosophiques sur la relation corps-esprit, les origines de la connaissance, les fondements de la perception et du langage.

En d'autres mots, un enfant vient au monde avec un cerveau qui a un énorme potentiel, mais qui n’est pas encore développé. Certains réflexes physiologiques de base sont prédéterminés tels que manger, boire...  mais tout le reste de son cerveau constitue un territoire qui connaîtra une énorme évolution tout au long de son existence.

Un cerveau humain est une machine à expérimenter. L’enfant, l’adolescent, l’adulte expérimentent continuellement. Il teste, enregistre ses perceptions, et construit sa mémoire. Ce faisant, des agglomérats de neurones se connectent en réseaux et interagissent. Lorsqu’un phénomène a déjà été expérimenté et enregistré et qu'il se manifeste à nouveau, il se répercute dans l’immense cartographie neuronale qui le reconnaît et lui donne tout son sens.

Ainsi l’humain construit de manière permanente sa réalité, et en la partageant, il contribue à créer une réalité commune.

Vous êtes prêts pour ma grande question ?

Si vous ne signez pas, c'est anonyme, je ne saurai pas qui vous êtes.

Qui souhaitez-vous devenir ?

J'aimerais savoir à quoi rêvent les membres de ma tribu.

Car, moi, mon souhait le plus cher, c'est de vous aider efficacement pour que vous deveniez cette personne le plus rapidement possible.

Ce que le neuroscientifique explique... c'est que notre cartographie neuronale peut s'étendre toujours davantage... si nous faisons ce qu'll faut pour.

Or, développer un projet, démarrer une entreprise, écrire un livre, sculpter, créer une œuvre... contribuent à étendre notre cartographie neuronale.

Notre cerveau n'attend qu'une chose de notre part, c'est que nous le mettions au défi.


PS  Pour ceux et celles que cela intéresse, j'ai écrit un article, en 2015, sur le fabuleux Dr Oliver Sacks qui m'a fait découvrir les travaux d'Edelman.