La fin du CV

 
markus-spiske-467807-unsplash.jpg

Je ne crois plus aux CVs et aux lettres de motivation.

Lorsque Gendreau Communications avait des activités de consultation, nous recevions des CVs et des letttres de motivation tous les jours.

Des lettres formidables. Bien écrites, convaincantes.

Mon assistant avait la responsabilité de leur écrire un refus poli, finissant sur un « bonne chance dans vos recherches ».

Pourquoi ?

Parce que lorsque nous n'avons besoin de personne, peu importe que le CV et la lettre soient formidables, ce n'est pas utile.

Si toutefois une personne vous croise, a vu vos réalisations ou entend parler de vous par une personne qu'elle estime, vous avez plus de chances que l'employeur soit réceptif.

ll m'est d'ailleurs arrivé de me laisser convaincre par des stagiaires dont je n'avais pas besoin.

Mais ce ne sont pas des scénarios gagnants. Sauf si vous avez du temps et de l'argent à votre disposition.

Et du temps, nous en avons de moins en moins.

La plupart des entreprises aujourd'hui ne répondent même plus aux demandes devenues trop nombreuses.

Et si vous postulez, elles vous préviennent que vous serez contacté seulement si vous avez été sélectionné pour une première entrevue. Et même si vous participez à une entrevue, certaines entreprises ne vous enverront aucun retour si vous n'êtes pas retenu.

Même si vous avez un doctorat, une liste de diplômes impressionnants, des expériences intéressantes... cela ne changera rien.

Même si vous avez été cadre dans une entreprise pendant plusieurs années, si vous avez occupé des postes à responsabilités... cela n'y changera rien non plus.

Votre valeur pour l'entreprise ne vaut que si vous lui apportez la solution à son besoin précis du moment.

Et cela se calcule aux millimètres près.

L'entreprise ne s'intéresse qu'à ceux et celles qui lui apportent de la valeur et lui permettent de s'enrichir.

Le jour où un robot sera plus compétent que vous, c'est évident que vous serez remercié.

À l'ère de l'efficacité et des algorithmes, comment pouvez-vous décrocher un emploi alors ?

Comment pouvez-vous connaître un développement serein de carrière ?

Il faut que les algorithmes vous trouvent !

C'est exactement comme une agence de rencontre qui vous pose mille questions et qui ensuite, avec ses algorithmes, vous associe à des personnes ayant des affinités avec vous.

J'ai une amie qui a rencontré son amoureux ainsi. Et c'est le grand amour. Merci aux algorithmes.

Que faire pour que les algorithmes vous trouvent ?

Déjà, il faut s'inscrire sur les plateformes pertinentes, être dans les bons réseaux, utiliser les bonnes applications.

Et croiser les doigts.

Vous pouvez également postuler par l'intermédiaire de ces plateformes, et vous aurez peut-être une chance de trouver l'employeur pour vous.

Plus nous serons nombreux sur la planète, plus les algorithmes seront utiles pour jouer les marieurs et les entremetteurs.

Et minimiser les erreurs.

Soyons honnêtes, une mauvaise association peut faire perdre énormément de temps aux deux parties.

Combien de projets d'entreprises ont échoué à cause de la mésentente entre deux partenaires !

Que ferions-nous désormais sans Google ou Wikipédia pour trouver l'information dont nous avons besoin rapidement ?

Que cela nous plaise ou non, c'est le monde d'aujourd'hui.

En ce moment, faire un doctorat a la cote. Les universités débordent.

Un jeune intelligent et bosseur (avec l'encouragement de ses parents) se dit qu'avec un doctorat, il a plus de chances de réussir.

C'est logique, sauf que...

Cela ne suffit plus !

Imaginez qu'un recruteur a sélectionné cinq candidats intéressants pour un poste.

Ils ont les mêmes diplômes, une expérience équivalente.

L'un d'entre eux a créé un parcours narratif qui répond parfaitement à l'histoire que recherche l'employeur.

Il a déjà publié des articles qui ont eu de l'impact pour résoudre un problème semblable au problème que tente de résoudre l'entreprise. Il est reconnu pour ses réalisations dans ce domaine précis.

Boum ! Non seulement les algorithmes vont le trouver plus facilement. Dès les premières interviews, ce sera comme une évidence.

Comme ce fut le cas pour cette amie qui a rencontré l'amoureux idéal pour elle. Pour ces deux-là, ce fut une évidence. D'autres diront qu'ils étaient destinés l'un pour l'autre. Sauf que dans leur cas, sans les algorithmes, ils ne seraient jamais rencontrés.

Dans le monde d'aujourd'hui, le mode opératoire, c'est de développer son image de marque personnelle et professionnelle si l'on souhaite augmenter ses chances d'être trouvé.

Ce qui veut dire créer des parcours narratifs. C'est ce que j'enseigne, entre autres, dans Créer une marque qui a de l'impact.

Plus tôt on le fait dans la vie, mieux c'est.

Et surtout... il n'est jamais trop tard. 

PS  J'ai oublié de vous mentionner l'âge des amoureux (70+), Monique a été parmi les premiers étudiants à s'inscrire au Programme Ma vie telle que je l'imagineEnsuite, elle s'est inscrite à Dessinez votre futur grâce auquel, m'a-t-elle dit, elle a perdu le poids qu'elle voulait perdre ! Lorsque j'ai conçu ces programmes, je n'avais pas du tout cette cible en tête (un système de productivité-un plan de 90 jours pour perdre du poids, mais pourquoi pas ? Après tout, l'objectif, c'est d'atteindre ses objectifs ! ) La vie nous réservera toujours des surprises, avec ou sans algorithmes 

 
Sylvie Gendreau