Karl et vous

 
instagram template mails 2019_02_20b-01.png

Lorsque vous souhaitez devenir ingénieur, médecin, mécanicien, avocat...

vous ne vous réveillez pas un jour avec un désir

... et le lendemain avec le résultat.

Lorsqu'un désir émerge, la plupart du temps vous l'examinez.

De quoi s'agit-il au juste ?

Vous vous imaginez alors dans la peau de la personne qui exerce un tel métier, une telle profession.

Et si le désir persiste, que faites-vous pour devenir cette personne ?

Vous cherchez des écoles, des cours, des lectures.

Et, si le désir est toujours là, vous commencez à vous former.

Parfois, cela prendra des années avant que vous ne puissiez exercer la profession ou le métier souhaité.

Personne ne s'étonne qu'il faille apprendre, pratiquer, recommencer, réapprendre, repratiquer...

C'est le chemin.

Lorsque l'on souhaite changer de vie, certains promettent parfois des résultats énormes.

Ils affirment travailler peu et ils montrent leurs revenus mirobolants.

Cela fait rêver.

Plusieurs essaient pour s'apercevoir que pour avoir des résultats, il faut du travail.

Il faut se former. Il faut pratiquer.

Les résultats ne s'obtiennent pas d'un clignement d'yeux.

Et d'une certaine manière, c'est ce qui rend la vie excitante.

Je ne sais pas si vous avez vu le documentaire de Loïc Prigent sur Karl Lagerfeld.

Karl raconte sa vie en dessinant.

C'est très sympa.

On voit sa maîtrise du dessin, son agilité, sa vitesse.

Ceux qui le connaissent depuis longtemps, ceux qui l'ont beaucoup filmé, c'est la chose qui les impressionne le plus chez Karl Lagerfeld.

Les couturières, les premières d'atelier pouvaient confectionner toute une collection à partir des dessins de Karl.

Ils sont éblouissants. Très précis. 

Un dessin et on comprend tout.

Le célèbre designer était prolifique.

28 collections par année. Pour la maison Chanel, pour la maison Fendi et pour sa marque, Karl Lagarfeld.

Sans broncher.

Il a créé plus longtemps que Dior et St-Laurent réunis.

C'est la force de la passion.

Il avait 58 ans lorsqu'il a accepté la direction artistique de Chanel qui était en difficulté alors.

Voilà un bel exemple d'une marque personnelle.

Il s'était laissé aller physiquement, puis il a eu un coup de cœur pour les costumes de Hedi Slimane.

Il a perdu du poids et s'est réinventé.

Je connais le médecin qui l'a accompagné.

Karl s'amusait de voir son effigie sur des objets.

À l'âge où des personnes se pensent « vieilles ».

Des jeunes portaient des t-shirts avec la tête de Karl.

Une personne qui a un jour le désir d'être designer de mode ne se réveillera pas le lendemain en un Karl Lagerfeld.

Karl dessinait tous les jours.

Regardant très peu derrière lui, toujours devant.

Se sentant peu satisfait de son travail.

Essayant toujours de faire mieux.

L'art, l'artisanat vient avec ce genre de passion.

Si vous pensez à écrire, à dessiner, à sculpter, il faudra le faire presque tous les jours.

Tenir un blogue permet de partager vos créations tous les jours.

Tenir un blogue permet d'avoir des retours.

Et les retours, les petits mots d'encouragement... c'est ce qui vous tient dans ce travail de longue haleine.

Le génie créatif de Mozart à Lagerfeld... vient avec le travail constant.

Il faut maîtriser au moins une chose.

Et pratiquer autant comme autant.

Avant d'innover, il faut maîtriser.

C'est le cas de tous les génies créatifs.

Ils apprennent, maîtrisent et ensuite ils peuvent casser les codes.

Mais avant, ils maîtrisent.

C'est ce qu'a fait Picasso.

C'est ce qu'ils ont tous fait.

Le succès inné n'existe pas.

N'ayez pas peur d'essayer... mais choisissez.

Une seule chose.

Et cette chose, appliquez-vous à la faire, encore et encore.

Comme Mozart au piano.
Comme Lagerfeld au dessin.
Comme Picasso à la peinture.

Étonnez-vous !


PS Ça bouge au sein de notre tribu... au sein de l'atelier Réussir son blogVous nous rejoignez ?

 
blogSylvie Gendreau