C'est beau la vie !

 
catherine-mcmahon-10118-unsplash.jpg

Ce qui me réjouit le plus quand je lis vos retours, c'est la notion de bien-être que vous associez à la lettre matinale.

Certains se sont abonnés par curiosité ou par nécessité professionnelle... ont pensé arrêter... mais aujourd'hui, cette habitude est devenue un plaisir qu'ils associent à leur mieux-être.

Certains ont remplacé leur adresse pro par leur adresse perso pour être certains de ne manquer aucun message.

D'autres, se réservent du temps, pour en lire plusieurs en même temps... d'autres pour les relire à plusieurs reprises.

D'autres encore voient la lettre comme une thérapie. Il y a quelques semaines, Jacques m'écrivait : « Vous ne pouvez pas imaginer comme je m’amuse...! J’en pleure...! Je suis vraiment comme chez le psy... ! J’adore... »

Et, comme toujours, Alain exprime sa gentillesse : « Toi, tu nous écris et nous, nous te lisons chaque jour ! Elle est là la magie ! Dans la relation que toi tu installes !  Merci d’être dans ma vie, dans nos vies ! Ton propos ce matin est empreint de l’énergie du feu ! Ce sera aussi la mienne aujourd’hui avec une vingtaine de gestionnaires qui souhaitent ardemment développer un esprit positif au travail ! »

Je suis une convivialiste. Au début de la création de ce mouvement, il y a eu des discussions enflammées portant sur le nom. Edgar Morin militait pour unesociété du mieux vivre ensemble, mais finalement, c'est l'expression proposée par Alain Cailler, convivialisme, qui a été retenue.

Les principes qui unissent les convivialistes sont merveilleux. Mais les plus grandes difficultés, au moment où j'étais en France, c'était de créer un mouvement hors des livres et des articles, un mouvement dans la rue qui toucherait un large public. Pour un mouvement constitué d'intellectuels dont la mission est d'écrire la théorie d'une société du mieux vivre ensemble, c'est difficile d'incarner à la fois la théorie et l'action. Et nous n'avions pas de budgets.

En lisant vos messages, je me dis que ce que nous expérimentons, dans notre conversation quotidienne, est une microsociété du mieux vivre ensemble.

Cela me ramène au thème de cette semaine : L'ANTICIPATION.

Charles m'a tendu une perche tout naturellement...  je n'aurais pu imaginer meilleure transition. Il écrit : « Je rebondis sur votre dernière phrase : Il faut aimer nos problèmes, ils sont notre chance pour nous surpasser et nous étonner nous-mêmes. Pendant des années lorsqu'un problème professionnel arrivait, je relevais le défi avec plaisir. À chaque fois, je suis sorti grandi, même des échecs. Je crois bien que les échecs m'ont fait grandir encore plus. Mais aujourd'hui, je fais beaucoup pour anticiper les problèmes avant qu'ils n'arrivent. Du moins quand je les vois arriver, car la gestion des imprévus ça fait quand même partie de mon quotidien. Chaque matin. je savoure quand même à l'avance cet imprévu qui devrait arriver. »

C'est une des compétences les plus importantes : apprendre à anticiper les problèmes, j'en ai déjà parlé... et ce sera un des thèmes principaux de cette semaine.

Je vous ai parlé de réputation après avoir entendu un de mes coachs, Ramit Sethi (l'auteur de I'll teach you how to be rich) nous raconter dans un de ses cours, une anecdote.

Un jour qu'il prenait un verre avec un ami, ce dernier lui a demandé ce qu'il pensait de X. Ramit a répondu avec honnêteté. Ses expériences avec X avaient été plutôt décevantes. X était arrogant et ne respectait pas toujours sa parole. Son ami lui a dit que son groupe venait de lui faire une offre pour acheter son entreprise. Trois jours plus tard, Ramit apprenait que le conseil d'administration du groupe avait décidé de retirer leur offre. X ne saura (probablement) jamais... que cette offre s'est volatilisée après un simple verre entre deux amis. »

Réputation et Anticipation sont les deux côtés d'une même médaille. On ne sait pas ce qui se trame derrière notre dos... et le monde est toujours plus petit qu'on ne l'imagine.

Je reviens à nous... il y a une vraie filiation entre nous... qui découle d'une ANTICIPATION.  Comment des personnes peuvent-elles s'aider à réfléchir, à agir et à réussir ? Comment des personnes peuvent donner généreusement sans perdre quoi que ce soit (mais plutôt s'enrichir) ? 

Bien sûr, au départ, ce n'était qu'une expérience... (avec la crainte que cela devienne difficile de tenir... avec plusieurs projets à mener de front).

Il se trouve que cette société du mieux vivre qui faisait briller les yeux de mes amis intellectuels... et qui m'incitait, parfois, à trépigner pour de l'action...
...aujourd'hui, sans tambour ni trompette, nous sommes en train de l'ANTICIPER ensemble cette société.

Pas pour la théoriser.
Pour la vivre.
Pour l'expérimenter.
Pour l'apprendre.

Dans le fond, nous savons que c'est l'entraide et le partage qui pourront sauver la planète. Et pour que chacun soit en mesure d'Agir, chacun doit gagner en autonomie.

ANTICIPER les problèmes avec courage... laisse plus de place à des IMPRÉVUS merveilleux... 

...dans notre cas, c'est un surplus d'ÉNERGIE et de bien-être :

  • Vous quand vous me lisez (ainsi que tous ceux que je cite).

  • Moi, quand je vous lis.


Anticiper les problèmes permet d'avoir le sentiment d'être en contrôle de sa vie. Anticiper permet de se libérer du temps de qualité... pour pouvoir se réjouir des imprévus... y compris les problèmes que nous n'avons pas vu venir.

Je laisse le mot de la fin à Charles : « Vive la vie. »

Pas encore abonné à la lettre matinale ? Rejoins-nous !