Avez-vous peur d'échouer ?

 
 
2019_04_24a Interact environnement de travail NB.png

Si vous répondez non à cette question, vous faites partie des rares exceptions ou peut-être n'avez-vous aucune ambition.

Parfois, une petite peur de l’échec est ce qui nous retient d’aller trop loin. Mais une grande peur de l’échec est ce qui nous empêche d’avancer.

Que remarquez-vous dans cette affirmation ?

La notion d’équilibre !

Avoir trop peur ou n’avoir aucune crainte est tout aussi redoutable.

La peur nous permet d’avancer avec prudence.

Mais la peur ne doit pas tuer l’audace.

Comment préserver un sain équilibre entre les deux « peurs » ?

Je vous invite à écouter le balado de cette semaine Fausse intuition. J’ai commencé à aborder ce sujet avec vous la semaine dernière : la petite voix énervée -vs- la petite voix posée.

Steven Spielberg n’aurait jamais obtenu le succès qu’il a obtenu avec son film Les dents de la mer s’il avait baissé les bras après avoir été refusé à l'école de théâtre et de cinéma trois fois

Pas une fois. Pas deux fois. Trois fois ! Avouez qu’à ce point il faut un fort désir pour continuer.

Mais ce n’est pas tout ! Spielberg a même connu un flop alors qu’il était dans ses meilleures années, avec sa comédie 1941, sortie en 1980. 

Est-ce que cela l’a empêché de contribuer à transformer le cinéma hollywoodien ?

Bien sûr que non.

Et de connaître tous les autres succès qu’il a connus ensuite ?

Saviez-vous que Walt Disney a été renvoyé d'un journal parce qu'il manquait d'imagination et de créativité ?

Oprah Winfrey, une des femmes les plus riches de l'industrie du divertissement, a été congédiée de son premier emploi à la télévision à titre de coprésentatrice, on lui a même dit qu’elle était « inapte pour la télévision » ?

Voilà trois exemples spectaculaires de personnes très connues, mais je suis certaine que je pourrais vous écrire un message quotidien sur l’histoire d’une personne qui aurait pu être à deux doigts d’échouer, mais qui a finalement réussi de manière éclatante parce qu’elle a persévéré.

Que faut-il en retenir ?

Personne ne possède de boule de cristal pour vous prédire votre avenir. Si cela existait vraiment, nous saurions tous exactement ce que la vie nous réserve.

Le sort humain n’est pas de tout savoir. Apprendre. Imaginer. Deviner. Essayer. Réussir. Se tromper. Recommencer. Voilà le sort humain !

Bien sûr, on peut écouter nos intuitions, observer les signes, avancer au meilleur de notre connaissance en apprenant de nos expériences et de ceux qui nous entourent.

Tout est en place pour nous stimuler afin que nous fassions preuve de courage et de persévérance. Ceux qui savent écouter leurs intuitions, maintenir un sain équilibre dans leur vie, rêver d’un avenir meilleur en restant bien ancré dans le présent pour concrétiser leur vision y arrivent la plupart du temps.

Pas toujours de la façon imaginée. Le parcours peut être différent. Mais les rêves que nous portons en nous sont faits pour être réalisés sous une forme ou une autre.

Toutes ces personnes qui accomplissent l'exceptionnel ont souvent un trait en commun : elles ne se laissent pas dominer par leurs peurs. Elles sont également capables de mettre leur orgueil de côté pour apprendre et accepter que les échecs soient une part intrinsèque des apprentissages et des réussites à venir.

Et non des signes pour tout arrêter.

Cela s’appelle développer une mentalité de croissance.

Et lorsqu’on la développe, on continue d'apprendre de manière active toute sa vie et de créer.

Et plus on pratique, meilleur on devient.

Woody Allen tourne un autre film en Espagne cette année à 83 ans.

Alors, oui, j’ai un rêve !

J’aimerais que La Nouvelle École de créativité rallie les prochains créateurs et entrepreneurs dont on aura envie de suivre les traces.

Parce qu'ils nous émerveilleront en créant ce dont ils ont toujours rêvé.

Ou en réalisant qu'ils portaient en eux un rêve qu'ils ignoraient porter jusqu'alors.

Certains de ces rêves naîtront et∕ou grandiront dans nos ateliers, nos cours et notre club privé.

Donc, si vous pensez avoir un peu de cette graine en vous… rejoignez-nous, ensemble nous nous donnerons la force d’avancer, apprenant de nos faux pas et ne laissant pas les obstacles entraver notre route ou nous enlever notre confiance.

Vous auriez envie d’être cette personne, mais votre principal frein est le perfectionnisme ? C’est la première chose urgente à régler. Et j’ai un plan pour vous y aider.

Votre principal frein est le temps ? Ne manquez pas mon message de demain.

Vous êtes prêt ? Vous ne voulez plus perdre une minute pour réussir un projet cette année. Il est encore temps de poser votre candidature pour rejoindre le club privé des leaders créatifs après la classe de maître gratuite Les meilleures stratégies pour réussir un projet / 3 erreurs fatales à éviter.

J’adore le petit groupe qui s’est constitué. Si je crois en votre projet, je vous accueillerai avec plaisir, si c’est trop tôt pour vous, je vous conseillerai d’attendre l’an prochain quand le programme rouvrira ses portes à nouveau.

Sylvie Gendreau est la fondatrice des Cahiers de l’imaginaire et de La Nouvelle École de créativité. Elle enseigne également la créativité aux doctorants de l'École Polytechnique de Montréal et de l'UQAT.